Étiquettes

Cette année 2012 aura été riche en émotions et en mouvements. De nombreux voyages ont émaillé cette année: entre les promenades autour de Rome, la Sicile, le Road Trip en Europe Centrale et un weekend -concert Muse à Londres, et la visite de Sienne (posts à venir) et de Caserta. J’ai pu aussi revenir sur le road trip ouest américain et les Canaries. J’épouse étonnamment parfaitement notre époque de changement. Cette année aura été marquée par mon retour en France. Après une expatriation d’une année aux USA, à Orlando, seul, et d’un an et demi en Italie, à Rome, en couple.

Ces aventures d’expatriation représentent à ce jour la plus grande évolution personnelle que j’ai pu vivre. De la prise de décision du départ devant une opportunité qui se présente, à l’arrivée sur place, le choix sur les affaires personnelles, de l’adaptation à la vie d’un autre pays, les papiers, la culture, jusqu’au retour, toute cette seconde vie apparaît aujourd’hui comme une parenthèse d’une vie rêvée.
Depuis 6 mois que je suis rentré, je me sens à la fois heureux, et perdu. Heureux de retrouver un pays que j’aime, perdu devant ce pays que j’ai quitté en étant quelqu’un d’autre. Perdu aussi car on y laisse un peu de son âme, via les amis qu’on laisse là-bas. C’est peut-être le plus déroutant.

Mais ne vous méprenez pas, je le referai 100 fois. Quelque soient les aventures parfois cocasses ou difficiles vécues pendant ces expats, je les revivrai volontiers car elles représentent la plus belle partie de ma vie (aussi parce que mes expats se sont très bien passées, grâce à une bonne préparation et de la chance…).
Aujourd’hui j’ai un autre regard sur la vie d’expat car elle est si différente pour chacun. Un regard aussi beaucoup plus compréhensif devant ceux qui font le sacrifice de quitter un pays pour un autre comme le nôtre qui offre tellement de choses. Un regard plus acerbe aussi vers ceux qui veulent partir de France car pensent que l’herbe est plus verte ailleurs, prêts à tout quitter pour des on-dits. L’expatriation se prépare, j’y reviendrai plus longuement dans un futur post.

Finalement cette année a été fabuleuse comme les 3 dernières. L’addiction aux voyages est là, toujours présente. Et alors lorsque l’on revient de voyages, vient naturellement la seule question résumant notre seule préoccupation :

Bon, et demain, on va où?

Publicités